top of page

ACTUALITE

Pour suivre notre actualité et retrouver nos projets.

Planter une forêt avec la méthode Miyawaki

Dernière mise à jour : 6 juil. 2021

Inspirée par le fonctionnement d’une foret primaire, cette méthode d'afforestation a été mise en place dans de nombreux pays de par le monde. Cette technique s’appuie sur la sélection puis la plantation d’essences végétales autochtones, après un travail adapté du sol, permettant la création d’une forêt urbaine rapidement autonome.


La méthode se base sur les travaux du botaniste japonais Akira Miyawaki, expert en écologie végétale, spécialiste des graines d’espèces indigènes et de l’étude de la naturalité des forêts. Pionnier en Asie en matière d’écologie rétrospective appliquée à la restauration des forêts, c'est un spécialiste mondial de la restauration d’une végétation naturelle sur sols dégradés, industriels, urbains ou péri-urbains.


La reconstitution « de forêts indigènes par des arbres indigènes » depuis la méthode Miyawaki, permet de recréer de véritables petites forêts multi-strates, riches, denses et efficacement protectrices en 20 à 30 ans, là où l'évolution naturelle permettant la présence de certaines essences aurait nécessité 200 ans dans un pays tempéré et 300 à 500 ans en zone tropicale. La recolonisation d'un milieu perturbé - suite à l'activité humaine ou une catastrophe naturelle par exemple - passe par différentes étapes : du stade pionnier au stade final stable du climax. Chacune pouvant s'étaler sur plus décennies. A. Miyawaki cherche à accélérer le processus en imitant la composition normale de la forêt primaire et en "court-circuitant" les différentes phases de succession écologique.



Cette technique a été vulgarisée et diffusée de part le monde au travers de formations et documents rédigés par la société indienne Afforestt et son fondateur Shubhendu Sharma. " En sélectionnant uniquement les essences climaciques, et non les essences pionnières ou intermédiaires, qui se développent au cours du cycle sylvigénétique, il est ainsi possible de recréer directement la végétation d’une forêt native mature ", explique Shubhendu Sharma. Ainsi déployée dans les villes, elle vise à créer de mini forêts urbaines et repose sur 4 étapes principales :


  1. Sélection d’essences natives de la région (30 à 50 espèces) après une étude rigoureuse de la végétation potentielle du site de plantation.

  2. Fertilisation du sol grâce à des matériaux naturels avant la plantation, après analyse de celui-ci.

  3. Plantation aléatoire de 3 à 5 arbres ou arbustes par m2 en zone tempérée,

  4. Paillage, entretien par désherbage et éventuellement irrigation pendant 3 ans.


Cette technique a essaimé dans de nombreux pays et commence à être déployée en France, en zones urbaines. Particulièrement denses de part leur méthode de plantation, les forêts Miyawaki favorisent le développement d’une très forte biodiversité. Elles sont davantage résilientes que nombre de forêts actuelles façonnées par la sylviculture, et en capacité de mieux résister aux aléas climatiques et catastrophes naturelles.


D’après les travaux du Pr. Miyawaki ces forêts grandissent plus vite, sont plus denses et contiennent une biodiversité plus importante que les forêts classiques issues d'une évolution naturelle, en plus d’apporter de multiples avantages écologiques et sociaux. Toutefois la reconstitution de cette naturalité reste artificielle et malgré les bénéfices pour les zones reboisées, le cortège faunistique et floristique qui les accompagne ne saurait remplacer celui d'une forêt mature laissée libre de toute intervention humaine.


CONTACT

Vous souhaitez envisager la création d'une forêt Miyawaki ? L'association vous écoute et vous accompagne dans le mise en place de votre projet, contactez-nous !


2 311 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page