top of page

ACTUALITE

Pour suivre notre actualité et retrouver nos projets.

15 gestes sauvages à mettre en place durant le confinement

Dernière mise à jour : 2 mai 2020

Confinés, comment continuer à profiter de la nature, comment contribuer à favoriser la vie dans son jardin, sur son balcon ? Où que vous soyez, où que vous viviez, voici 15 gestes ultra sauvages à mettre en place et favoriser la biodiversité au plus proche de chez vous !


1. Démarrer un compost


Les avantages du compost sont nombreux : réduction des déchets ménagers, production d’un terreau riche et fertile pour les semis, les rempotages, engrais maison… et tout en étant simplissime à mettre en place.


Dans un jardin, vous n’avez même pas besoin d’un bac fermé si vous n’en avez pas. Il suffit de commencer un tas, au fond de votre jardin, à même le sol (faire votre tas de compost sans bac à compost vous évitera aussi les mauvaises odeurs). Il nécessite peu d’entretien : LittleTerra nous donne quelques indications dans son article sur le compostage de surface

« Dans un compost en tas, la montée en températures des déchets produit la fermentation des végétaux, c’est pourquoi il est d’ailleurs important de le remuer fréquemment et de l’arroser aux saisons chaudes pour le garder « actif » . »


2. Démarrer un lombricompost


Si vous n’avez pas de jardin (et même si vous en avez un), un lombricompost en appartement est tout à fait possible également ! Bricolage maison ou commandé sur des sites spécialisés comme La Boite à Terre, le lombricompost vous permet également de récupérer une terre riche. Une fois les déchets végétaux digérés par vos vers, vous obtenez une superbe terre qui sent bon le humus et que vous pouvez réutiliser à loisir.


3. Démarrer un potager


Dans la lignée du point précédent, pourquoi ne pas profiter de la belle saison pour démarrer un potager ? C’est une activité qui est faisable avec des enfants, afin de les sensibiliser et de les initier au cycle des végétaux. Il est encore temps de planter bon nombre de végétaux, de faire des semis. En jardin vous y allouez la place que vous désirez. Sur balcon, il est tout à fait possible d’utiliser des techniques de potager en hauteur (en utilisant du bois de palette par exemple). Vous pouvez démarrer par des ingrédients tout simples, faciles à faire pousser comme des fraisiers, des radis, des pommes de terre, du cresson…


Et pour les plus motivés de nos lecteurs, sachez que le blog Mon Jardin Politique dresse la liste de tout ce que vous pouvez faire pousser afin d’atteindre l’auto-suffisance (tableau pour foyer de 2, 4 ou 6).


4. Réduire ses déchets, en commençant par le plus facile

C’est le moment de prendre de bonnes résolutions et de dire adieu à vos bouteilles en plastiques, sacs à usage unique et autres solutions non-durables :

  • Avoir constamment sur soi une gourde pour ne pas avoir à acheter de bouteille en plastique.

  • Prendre ses propres cabas pour faire ses courses et les réutiliser.

  • Réutiliser les sacs pour les fruits et les légumes – ou les fabriquer soi-même à partir de chutes de tissus.

  • S’équiper en sac à vrac (cela rejoint le point précédent), et même un sac à pain pour ne plus jamais prendre le sachet en papier chez le boulanger (imaginez : à vous seul.e, sans contrainte, pratiquement 365 sachets économisés en un an !)


5. Construire un hôtel à insectes

Que ce soit avec la mise en place d’une haie sèche ou en construisant un hôtel à insecte (plus ou moins grand selon vos ambitions et vos ressources). Votre jardin a besoin de grouiller de vie et ces hôtels à insectes sont de vrais havres de biodiversité et de ce qu’ils peuvent engendrer sur la diversité de la flore également. Démarrez un cercle vertueux !


6. Fabriquer des nichoirs à oiseau

Il n’a pas besoin d’être beau, mais surtout pratique. Il n’a pas besoin d’être peint mais surtout d’être sain ! Pour accueillir des habitants – même si nous sommes avancés dans la nidification à l’heure où nous publions cet article. C’est aussi l’occasion d’un bricolage sympathique, seul.e ou à plusieurs. Internet regorge de tutoriels plus ou moins élaborés. Sur Pinterest (mais pas seulement), vous aurez le choix des modèles et des tutoriels avant de l’accrocher, fièrement, près de chez vous.


7. Fabriquer des bombes à graines

Participez à la Green Guerilla en fabriquant vos bombes à graines ! une activité accessible à tou.te.s, de 7 à 77 ans pour aider la biodiversité autour de chez soi.


8. Faire des achats de denrées produites localement

Acheter local et fait en France est également un geste ultra sauvage : en favorisant ce qui est produit localement, nous réduisons les dispositifs logistiques et toute l’énergie que cela implique. Que ce soit en rejoignant une AMAP, en vous fournissant auprès de fermiers proches, en sachant quels sont les producteurs qui viennent sur les marchés près de chez vous, vous pouvez ainsi favoriser l’achat local et cela a un impact bien plus grand qu’on ne l’imagine. Après tout, pourquoi acheter des kiwis venus de l’autre bout du monde quand ils poussent si bien en France ?


9. Suivre un mooc sur la Permaculture

L’université des Colibri a rendu gratuit son mooc sur la permaculture : le troisième chapitre a ouvert le 15 avril, mais il est tout à fait possible de rattraper le retard car les 2 premières parties sont introductives et peu chronophages. L’inscription : MOOC Permaculture.


10. Ramasser les déchets quand on se balade

Sans doute LE geste sauvage le plus facile que vous pourrez mettre en place durant le confinement. Lorsque vous sortez prendre l’air, prenez un sac plastique avec vous et faites acte de résistance climatique en ramassant les déchets qui traînent sur votre chemin. Votre prochaine balade, moins souillée par les déchets, n’en sera que plus belle !


Vous pouvez également vous inscrire à notre newsletter pour savoir quand se fera notre prochaine clean up walk ! La précédente devait se faire le 28 mars, mais confinement oblige, elle est reportée aux beaux jours.


11. Participer à un projet en faveur de la biodiversité

Les projets en faveur de la biodiversité sont nombreux, et peuvent vous concerner au plus proche de chez vous. Sur la carte SUPER LOCAL, vous pouvez par exemple rejoindre un groupe sur des enjeux qui se jouent chez vous.


Si vous souhaitez soutenir la biodiversité, sachez aussi qu’Etats Sauvage a lancé le projet FORET SAUVAGE le mois dernier, avec comme objectif d’acheter une forêt, en France, et d’en faire un ilot de sénescence. C’est-à-dire, de laisser la forêt grandir vieillir d’elle-même, sans intervention de la main humaine. Tous les donc sont utiles, des plus modestes au plus généreux. Si vous souhaitez vous informer, c’est par ici.


N’hésitez pas à en parler autour de vous, nous avons besoin de tout le bouche à oreille que nous pouvons avoir 😉


12. Ne pas tailler ses haies au printemps pour préserver les oiseaux

Le printemps est la saison de reproduction pour un bon nombre d’espèces. Si la législation, à travers la directive « Oiseaux » du 30 novembre 2009 interdit aux communes de tailler les haies pendant cette saison (ainsi que le long des parcelles agricoles), elle ne l’interdit pas aux particuliers. La LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) recommande également aux particuliers de ne pas élaguer ni tailler ses haies pour préserver et protéger la nidification, permettant aux oiseaux de se reproduire en sécurité. Si vous êtes un particulier, attendez plutôt fin juillet avant de procéder à un quelconque élagage.


Dans les villes et villages, les opérations de taillage, d’élagage, d’abattage d’arbres et de haies sont particulièrement préjudiciables pendant la période printanière puisqu’elles entraînent le dérangement voire la destruction directe des couvées. Si vous êtes témoin d'une telle situation, l'ASPAS vous donne quelques conseils.


13. Ne tondre qu'une partie du gazon pour insectes et batraciens.

De la même manière que nous pensons aux oiseaux, il est possible, en tant que particulier, de préserver la biodiversité au sol. Tondre moins ras, moins souvent, laisser des ilots de fleurs sauvages… tout cela permettra d’améliorer votre sol en accueillant de nombreuses espèces de faune et de flore… et donc d’avoir un jardin en meilleure santé, et un potager avec un meilleur rendement (et la boucle est bouclée !).

14. Fabriquer ses propres engrais naturels.

Deux options que nous vous partageons, mais qui sont loin d’être les seules !

  • La première, c’est d’utiliser votre compost ou lombricomposteur si vous en avez un. Vous pouvez récupérer des déchets végétaux dedans pour fabriquer de l’engrais, et le terreau que vous en tirez est déjà très riche.

  • Faire du purin d’herbes ou d’ortie : la technique vous est donnée par Damien Dekarz, permaculteur sur cette vidéo « que faire en avril au jardin ».


15. Aider les oiseaux à construire leur nid (LPO)

La LPO en parlait récemment sur son compte Instagram : « Mettez à disposition des oiseaux de quoi fabriquer leur nid : poils d’animaux de compagnie, mousses, brindilles… ». Vous pouvez les disposer sur votre balcon, dans votre jardin pour qu’ils viennent se servir, ou profiter de vos distributeurs à nourriture dont vous vous serviez cet hiver pour mettre ces matériaux à leur disposition.

Et votre geste ultra sauvage à vous ?


1 431 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page