top of page

ACTUALITE

Pour suivre notre actualité et retrouver nos projets.

Comment attirer et héberger les auxiliaires dans son jardin ?

Dernière mise à jour : 5 oct. 2023

Pas besoin de partir loin pour pouvoir observer une biodiversité importante : souvent elle se cache sous notre nez ! Il n'est pas rare d'observer insectes ou oiseaux dans notre jardin ou sur notre balcon. Mais encore faut-il que ces espèces soient bien accueillies pour vouloir venir... Et y rester ! Voici quelques astuces pour attirer et héberger les auxiliaires, acteurs de la biodiversité, chez soi.


 

C’est toujours une fierté et un bonheur lorsque l’on voit virevolter un papillon dans notre jardin, ou lorsqu’on aperçoit une coccinelle sur une fleur. Cette biodiversité, présente partout, est essentielle pour le bon développement de tous les écosystèmes de notre planète, incluant par conséquent l'espèce humaine. Sa protection est fondamentale pour notre futur, et les actions pour la préserver peuvent être menées à toutes les échelles et par tout le monde.


Cette protection peut ainsi passer par nos actes dans nos propres jardins ou balcons, en favorisant la présence des êtres vivants qui y habitent. Les auxiliaires de culture, qui sont des organismes vivants contribuant aux services écologiques des écosystèmes, sont indispensables au bon fonctionnement de nos jardins. C’est pourquoi il est important de les accueillir comme ils se doivent dans notre jardin ou sur notre balcon, et de tout faire pour leur créer un environnement dans lequel ils souhaiteront rester !



Papillon Citron (Gonepteryx rhamni) en train de butiner une salicaire (Lythrum salicaria)



La protection de la biodiversité grâce aux auxiliaires


Les auxiliaires de culture appartiennent à deux catégories : les agents de lutte biologique et les pollinisateurs.

Les auxiliaires des cultures appartiennent à 2 catégories d’organismes : agents de lutte biologique et pollinisateurs

Ces organismes, présents de manière naturelle, vont aider à préserver la biodiversité en agissant à leurs échelles. Il est ainsi bien connu que les insectes pollinisateurs, comme les abeilles sauvages, les bourdons ou encore les papillons, peuvent sauvegarder toute une biodiversité, en pollinisant des plantes, permettant ainsi leur reproduction. Il existe d'autres organismes, les agents de lutte biologique, qui vont également protéger la biodiversité, par exemple en consommant des ravageurs des cultures. Ces auxiliaires de cultures, parfois méconnus ou avec mauvaises réputations - à tort - sont nombreux et il est important de mieux les connaître pour les préserver.



Les auxiliaires de culture : qui sont-ils ?


Les auxiliaires de culture sont des alliés utiles qui aident à réguler les populations de ravageurs et à polliniser vos fleurs et légumes. Tout ça de manière écologique ! C'est pourquoi il est nécessaire de mieux les connaître. Ces auxiliaires, présents naturellement dans les jardins, appartiennent à plusieurs catégories d'animaux.


On retrouve tout d'abord les arthropodes. Parmi ces arthropodes, on retrouve les abeilles et les autres insectes pollinisateurs, qui sont très bénéfiques dans un potager. D’autres de ces insectes ou araignées sont des prédateurs. On connaît bien évidemment les larves et adultes de coccinelles, qui sont des grandes consommatrices de pucerons, les carabes, les insectes parasitoïdes, ou encore les larves de chrysope, dont l'adulte est appelé la demoiselle aux yeux d'or. D'autres arthropodes prédateurs, moins connus ou mal aimés, sont aussi très utiles dans les jardins ou sur les balcons ; c'est le cas par exemple des perce-oreilles (dont les pinces sont inoffensives !), des staphylins (qui prennent la posture des scorpions lorsqu’ils se sentent effrayés), des syrphes (dont la ressemble avec les guêpes leur fait défaut), les larves de libellules (qui peuvent ressembler au monstre dans Alien) ou encore des araignées, souvent effrayantes pour de mauvaises raisons. Sous leurs airs menaçant, ces espèces sont de véritables prédateurs des insectes ravageurs qui attaquent vos pieds de tomates ou vos choux.



Quelques arthropodes auxiliaires bénéfiques présents dans nos jardins qu’il est nécessaire de protéger ! De gauche à droite : larve de coccinelle, chrysope, bourdon, perce-oreille, staphylin, syrphe, araignée sauteuse

En plus de ces petites bêtes bénéfiques, il existe des animaux plus grands qui sont tout autant utiles dans les jardins ou les balcons. C'est le cas des oiseaux par exemple les mésanges (charbonnières, bleues, noires…), les rouges-gorges, ou encore les rapaces nocturnes comme les hiboux ou les chouettes. Ils vont se régaler des petits insectes comme les moustiques, les papillons ravageurs, ou d'espèces plus grosses comme les rongeurs. Des mammifères peuvent également être présents dans les jardins, et apporter des bénéfices considérables à la biodiversité, comme par exemple les chauves-souris, qui sont de très grandes prédatrices d'insectes volants (papillons nocturnes, moustiques…) ou encore les hérissons qui vont se régaler des limaces qui abiment vos salades. Enfin, il existe d'autres auxiliaires moins visibles, mais tout aussi importants, comme les amphibiens (grenouilles, crapauds, anoures, urodèles) et les reptiles (lézards, orvets, serpents).


Les oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles auxiliaires du jardin. De gauche à droite : mésange charbonnière, rouge-gorge, chouette effraie, chauve-souris pipistrelle, hérisson, grenouille, lézard.

Beaucoup de ces auxiliaires sont présents naturellement dans les jardins ou les zones boisées. Cependant, il est possible d'acheter des auxiliaires sur internet pour les apporter dans son jardin, souvent pour lutter spécifiquement contre un ravageur donné, à un moment donné. Ces auxiliaires proviennent d'élevages spécifiques, et plusieurs entreprises les développant existent.


Elevage d’une femelle perce-oreille maritime (Anisolabis maritima) avec ses œufs et ses petits

Il est donc très important et intéressant de faire venir les auxiliaires dans son jardin ou sur son balcon pour leur permettre d'agir positivement sur la biodiversité. Mais il est tout aussi important de réussir à les faire rester sur place ensuite. Pour cela, il est nécessaire de créer un écosystème qui leur convient pour favoriser leur maintien sur place.



Comment attirer et héberger les auxiliaires dans un jardin ou sur un balcon ?


De la même manière que pour les humains, pour qu'un auxiliaire se sente bien dans un endroit, il a besoin de plusieurs critères. Ces critères comprennent la présence sur place de nourriture, d'eau, de cachettes pour éviter les prédateurs, et de gîtes pour se reposer et passer les conditions difficiles. Il est donc important de mettre à disposition ces ressources.

  • Des zones d'eau peuvent être aménagées dans les jardins lorsque l’espace est suffisante disponible, comme par exemple des mares, des bassins ou des étangs. Ces zones d’eau peuvent permettre d’une part aux organismes de venir s’abreuver (notamment les oiseaux et les insectes) mais peuvent également servir d’habitations pour les organismes aquatiques, comme les larves de libellules qui sont de grandes prédatrices des larves de moustiques ! Des zones d’eau de plus petite taille peuvent également être installées, comme des coupelles avec de l’eau dedans en guise d’abreuvoir. N’oubliez pas de rajouter un caillou à l’intérieur pour évider les noyades.

  • Des cachettes peuvent être fabriquées, ou tout simplement laisser en état, comme des cailloux, des souches d'arbres, ou des zones non tondues… Cela permet aux petits organismes de pouvoir se mettre à l’abris et éviter les prédateurs.

  • Des abris peuvent être construis et installés pour permettant aux organismes de s’y reposer, d’y dormir, ou même d’y hiberner. Pour les insectes, ces abris peuvent être sous forme d’hôtels à insectes. Cependant, pour éviter toute compétition entre les différentes espèces cherchant un gîte, il est conseillé de séparer les différentes parties de l’hôtel dans plusieurs endroits du jardin. Par exemple, la paille pour les chrysopes peut être placée proche de votre potager assez bas, les tiges de bambous pour les abeilles solitaires à un autre endroit plutôt en hauteur et proches de vos fleurs, les pots de fleurs retournés et remplis de paille pour les perces oreilles plutôt proches du sol, et les planchettes bien rapprochées et abrités pour attirer les coccinelles près du sol vers les endroits à pucerons.

Pour attirer les oiseaux et lutter contre la raréfaction des sites de nidification, des nichoirs pour oiseaux peuvent être installés dans vos jardins ou sur vos bâtiments. La Ligue de Protection des Oiseaux propose plusieurs modèles de nichoirs, adaptées aux oiseaux que vous souhaitez attirer dans votre jardin. Des fiches de construction pour fabriquer soit même son nichoir sont également disponibles. Enfin, il est également possible d’attirer les chauves-souris en achetant ou construisant soi-même un gîte.


Enfin, des zones de nourriture sont nécessaires aux auxiliaires pour qu’ils puissent se nourrir. Pour cela, il est possible de créer des prairies fleuries, qui permettront de fournir du nectar aux insectes. Pour attirer les abeilles et favoriser la pollinisation, il est possible de mettre des plantes mellifères comme la lavande, le romain ou la phacélie, ou le tournesol. Il est aussi important de laisser les « mauvaises herbes » ou adventices, qui peuvent attirer certains ravageurs, qui seront ensuite consommés par les auxiliaires. Il est également intéressant de planter des haies champêtres multi-espèces pour donner le choix de nourriture aux oiseaux, papillons et insectes.


Pour attirer les auxiliaires dans le jardin, il est nécessaire de mettre à leur disposition des zones d’eau, des zones de cachette, des abris, ainsi que des ressources alimentaires


Les conseils pour une cohabitation bénéfique


Pour réussir à maintenir les auxiliaires sur place et assurer une cohabitation bénéfique, il est bénéfique de suivre plusieurs conseils :

  • ne pas utiliser de pesticides ou engrais chimiques, qui ont des actions négatives sur plus ou moins tous les organismes vivants et les écosystèmes ;

  • éviter le labour de la terre pour ne pas déranger les micro-organismes et les arthropodes du sol ;

  • éviter l'éclairage toute la nuit pour les espèces nocturnes ;

  • éviter la taille des haies entre le 15 mars et fin juillet pour ne pas déranger la nidification des oiseaux ;

  • éviter de tondre toute votre surface, et laisser des zones « sauvages » ;

  • varier les plantations et éviter les monocultures. L’association de différentes espèces végétales permet de diminuer la pression des ravageurs en rendant les plantes hôtes plus difficile à atteindre, et cela créé une diversité d'habitats qui favorise la biodiversité ;

  • planter des haies multi spécifiques ;

  • laisser les "mauvaises herbes" ;

  • placer les nichoirs et abris dans des zones adaptées (attention aux animaux domestiques, notamment les chats).


Quelques conseils pour favoriser la biodiversité dans son jardin ou sur son balcon

Donnant-donnant ! Avec ces quelques techniques et astuces, il est possible de transformer votre jardin en un véritable paradis pour les différents auxiliaires ! Et ces derniers vous le rendront bien en protégeant les fruits et légumes de votre potager, en pollinisant vos fleurs, et en réduisant les insectes dérangeant votre tranquillité comme les moustiques !

116 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page